Partagez
Aller en bas
avatar

Masculin Nombre de messages : 6372
Age : 40
Localisation : belgique
Date d'inscription : 04/12/2010
Voir le profil de l'utilisateur

Re: The Last Guardian [ PS4 ]

le Sam 3 Déc 2016 - 15:11
Yes vivement affraid

_________________
avatar

Masculin Nombre de messages : 4177
Age : 39
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 11/04/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.facebook.com/ciduniverse/

Re: The Last Guardian [ PS4 ]

le Lun 5 Déc 2016 - 13:55


Mon test de The Last Guardian certifié sans spoilers, bonne lecture :up:

Commençons ce test par l’historique et l’annonce du nouveau jeu de Fumito Ueda faite lors de l’E3 2009 et prévu sur PS3. Pour ceux qui ne le savent pas (si ça existe encore), Mr Ueda et le créateur des enchanteurs Ico et Shadow of the Colossus (SotC). Les fans dont je fais partie sont au bord de l’hystérie avec ce premier trailer qui laisse rêveur et qui dévoile une magnifique créature et un enfant qui seront nos deux nouveaux antagonistes pour cette future réalisation. S’en suis ensuite une longue période sans nouvelles, divers rebondissements, une annonce que le jeu ne sortira plus sur PS3 mais sur PS4, divers reports puis finalement l’attente que nous voulions tous, une date ferme et définitive pour la sortie de ce précieux Graal fixée au 07 décembre 2016. Une dure et longue traversée du désert qui aura fait suer son créateur mais également la légion de fans qui n’ont néanmoins jamais cessé d’y croire pour la plupart. Ces années d’attente en valaient-ils la peine ? La réponse se trouve ci-dessous.

Après avoir pu récupérer le jeu dans mon magasin, c’est tout fébrilement que je l’ai déballé pour le mettre dans ma PS4. Un moment magique et presque surréaliste compte tenu des divers éléments que je cite plus haut. Le jeu se lance, je choisi « Nouvelle partie » et c’est partit. Lorsque j’arrive dans le premier tableau du jeu, j’ai des frissons et ça y est, il est là, bien « réel » ce petit garçon et le magnifique Trico, un savant mélange de griffon, chat, chien qui vont tous les deux partager intégralement notre aventure.

La première chose qui frappe c’est bien sur les graphismes, on est déjà ébahi dans cette grotte de départ servant de mini tutoriel. Le petit garçon est magnifiquement modélisé avec des animations souples et criantes de vérité, ajoutez à cela des habits et cheveux qui bougent au gré du vent pour un réalisme saisissant et on est déjà scotché. Trico n’est pas en reste avec un plumage dense qui bouge de façon naturelle qui se salit et des animations plus vraies que nature lui donnent vie à la perfection. Les environnements sont bluffant et oscillent entre de grands espaces très détaillés, gorgés de lumières avec une nature verdoyante et des intérieurs plus tristes certes mais tout autant détaillés et riches en structure. En parlant d’environnements et d’architecture, certains endroits vous provoquent carrément des sueurs froides et vous donnent le vertige tant l’effet de profondeur est saisissant et que l’on se retrouve telle une fourmi traversant des endroits gigantesques.

La jouabilité a été repensée ça nous le savions, Ueda a en effet remanié les touches pour les rendre plus accessibles au plus grand nombre. Exit donc la touche R1 qui avait une fonction de lien pour tenir la main de Yorda dans Ico et s’accrocher dans SotC. Cette fonction qui était si chère aux fans a été retirée mais il faut bien l’avouer, même si ça change, cette touche permet dorénavant d’appeler Trico et lui donner des ordres, c’est donc un lien fort qui vous servira tout au long de l’aventure. Niveau jouabilité pure, elle est dans l’ensemble très satisfaisante mais par moment gâchée par une caméra capricieuse avec des angles de vues parfois hasardeux m’ayant fait recommencer quelques sauts ou passages délicats à plusieurs reprises… rien de dramatique mais ces problèmes de caméra resteront récurrents aux réalisations d’Ueda c’est certains. Après il faut bien dire que vu la taille de Trico dans certains environnements, pas étonnants quand même que la caméra soit à l’arrache et ne puisse pas suivre l’action de façon optimale. Autre élément absent notable des jeux de Fumito, les points de sauvegardes représentés sous forme de canapés dans Ico et de monolithe de prières dans SotC laissent dorénavant place à des sauvegardes automatiques. C’est un détail certes mais j’avoue que c’est un détail qui m’a manqué même s’il faut savoir vivre avec son temps et se mettre à la page de ce qui se fait actuellement.

Autre souci rencontré et plus énervant, le lancer de tonneaux !! Vous penserez fort à moi avec cette phrase mais 2-3 phases dans le jeu sont à s’arracher les cheveux lorsque vous devrez aller chercher de la nourriture pour votre animal préféré et que ce tonneau se trouve en bas dans un trou et qu’il vous faudra le remonter en le lançant de plate-forme en plate-forme, exercice très périlleux je peux vous l’assurer. Il y avait peut-être matière à simplifier le toute et rendre ces passages plus accessibles.

Puisqu’on est dans les détails qui fâchent, par moment il m’est arrivé de tourner en rond pendant longtemps sans savoir trop quoi faire. C’est bien de ne pas avoir d’aide et d’interface présente à l’écran mais certains endroits sont tellement vastes et par moment Trico prend tellement tout son temps pour avancer ou sauter qu’on a carrément l’impression d’avoir fait fausse route alors que nous étions pourtant dans le juste. C’est un détail qui est sympa car il nous oblige à chercher mais par moment c’est désagréable et peut vite décourager les moins patients d’entre nous … Sinon j’ai également constaté quelques légers soucis de framerate mais rien de grave et qui ne m’ont jamais trop dérangé.

La bande son quant à elle est très efficace avec des bruitages au top, la voix de l’enfant a été très bien choisie avec des intonations parfaite lors de ses divers appels ou données d’ordres, un Trico très soigné avec ses grondements, rugissements, etc… donnant une fois de plus vie à cette créature de façon incroyable. Niveau musique, elle est assez discrète au début mais monte en puissance au fur et à mesure de notre avancée pour finir en apothéose dans la dernière ligne droite du jeu avec des thèmes qui vous dresseront les poils et vous arracheront quelques larmes.

Au niveau du scénario, je ne vous spoilerai pas bien sûr mais ça reste relativement simple avec tout de même les réponses données sur l’origine de la rencontre entre le jeune garçon et Trico, l’explication des lieux où l’on se trouve et d’autres petits détails. Concernant la dernière partie du jeu et la séquence « boss de fin », je l’ai trouvée personnellement bien en-dessous de ce que nous proposaient Ico ou son grand frère SotC, c’est bien fait mais clairement moins épiques même si la tension et le stress sont là, je suis un peu resté sur ma faim. Fort heureusement le dénouement de l’histoire relève le niveau et nous fait un peu oublier les derniers moments passés afin de terminer cette aventure sur un bouquet final.

Concernant la durée de vie, je dois avoir bouclé l’aventure en approximativement 13 heures en faisant des pauses pour admirer les paysages, voir Trico vivre sa vie, farfouillant les divers recoins et en cherchant parfois la sortie ou solution pour traverser les divers endroits. Une durée de vie tout à fait honorable selon moi pour vivre cette expérience comme je le voulais, c’est-à-dire en prenant mon temps et profitant de savourer ce titre comme il le mérite.

La technique c’est bien mais au niveau de l’émotion qu’en est-il ? Alors là c’est très simple et préparez-vous à passer par tous les états d’âmes : drôle, triste, touchant, bouleversant la liste est très longue. Là pour le coup, aucun doute possible c’est bien du grand Fumito Ueda qui sait manier mieux que quiconque le rendu à l’image pour nous offrir une aventure unique du début à la fin. La relation entre ce petit garçon et l’imposant Trico que tout oppose au début nous amène dans une aventure où chacun apprendra de l’autre pour au final atteindre la symbiose parfaite. Cette sensation et ces moments magiques, selon moi peu de personnes peuvent le transposer à l’écran et Ueda, après l’avoir déjà fait avec son Ico et SotC, enfonce le clou pour nous livrer une prestation dont on ne s’en remettra pas une fois de plus, laissant un grand vide une fois l’aventure terminée. Même si tout n’est pas parfait, avec les détails évoqués plus haut, cette aventure vous marquera comme ce fut le cas pour moi et je ne peux que vous encourager à franchir le pas et vivre pleinement cette aventure. Merci Mr Ueda pour cette magnifique réalisation et de nous montrer que le rêve et l’enchantement sont toujours possible dans le domaine du jeu vidéo.
avatar

Masculin Nombre de messages : 4520
Age : 35
Date d'inscription : 23/05/2011
Voir le profil de l'utilisateur

Re: The Last Guardian [ PS4 ]

le Lun 5 Déc 2016 - 14:04
je n'ai pas lu ton test, j'attends de recevoir mon exemplaire et de le finir avant de lire tes impressions! d'ailleurs il me tarde d'y jouer!


Dernière édition par starkiller le Jeu 8 Déc 2016 - 17:26, édité 1 fois
avatar

Masculin Nombre de messages : 4177
Age : 39
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 11/04/2008
Voir le profil de l'utilisateurhttps://www.facebook.com/ciduniverse/

Re: The Last Guardian [ PS4 ]

le Lun 5 Déc 2016 - 16:08
Pas de soucis et je il me tarde de lire ton retour santé :super:
avatar

Masculin Nombre de messages : 1256
Age : 44
Localisation : Liége
Date d'inscription : 18/02/2015
Voir le profil de l'utilisateur

Re: The Last Guardian [ PS4 ]

le Lun 5 Déc 2016 - 19:33
13 heures ce n'est pas énorme mais c'est malheureusement le cas pour beaucoup de jeux on n'aimerait que ça dure des heures Merci pour ton test je vais surement le prendre bientôt
avatar

Nombre de messages : 17637
Date d'inscription : 31/12/2005
Voir le profil de l'utilisateur

Re: The Last Guardian [ PS4 ]

le Mer 29 Mar 2017 - 19:54
fini superbe jeux mais dommage cette caméra de mmm
Contenu sponsorisé

Re: The Last Guardian [ PS4 ]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum